Un nouveau téléphérique sur la montagne sacrée des Maori en Nouvelle Zélande

LEITNER ropeways a mené à bien un projet sur le site de tournage de la trilogie du « Seigneur des Anneaux »

Nouvelle télécabine « Sky Waka »

La semaine dernière, la nouvelle télécabine « Sky Waka » de LEITNER ropeways a été inaugurée officiellement au Mont Ruapehu sur l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Cette télécabine transporte jusqu’à 2600 passagers par heure. Le trajet de moins de 5 minutes surplombe le paysage volcanique du parc national Tongariro, classé au patrimoine mondial naturel et culturel de l’UNESCO. Pour les Néo-Zélandais, cette remontée mécanique est, aujourd’hui, l’attraction touristique N°1 du pays.

 

Alors qu’en Europe les températures estivales s’imposent, à l’autre bout du monde, dans un cadre de toute beauté, la saison de ski a commencé. LEITNER ropeways a réalisé sur l’île du Nord, en Nouvelle-Zélande, une télécabine pour quelque 15 millions d’euros d’investissements. La construction de cette nouvelle télécabine 10 places au Mont Ruapehu fut un véritable défi car le volcan, toujours actif, peut expulser des coulées boueuses et détritiques (dits « lahars »). De plus, cette montagne, propriété des Māori Iwi, est sacrée pour eux. Ce site est aussi réputé pour avoir servi de décor au tournage de la célèbre trilogie du « Seigneur des anneaux ».

Des mesures exceptionnelles

Des mesures exceptionnelles

En plus des mesures exceptionnelles mises en œuvre pour la logistique des transports (le matériel pour la télécabine a été acheminé par bateaux et a nécessité deux mois de transport), il a donc fallu prévoir tout un ensemble de dispositions pour tenir compte des spécificités du site accueillant cette construction. L’ensemble de la région fait partie d’un parc national qui, par conséquent, est protégé : la zone n’est pas accessible en voiture. Afin de pouvoir transporter les éléments indispensables à la construction de la télécabine, LEITNER ropeways a érigé, à l’aide d’un hélicoptère, un blondin temporaire. L’implantation précise de la ligne a également été déterminante à cause du risque permanent de survenue de nouveaux lahars. Les pylônes ont donc été implantés sur les terrains considérés les plus stables. La hauteur des 14 pylônes, quant à elle a aussi été déterminée en fonction de ce risque naturel. Enfin, les conditions météorologiques spécifiques à cette région ont entraîné quelques ajustements techniques supplémentaires. Les vents pouvant atteindre jusqu’à 275 km/h ici, chacune des cabines a été lestée de 80 kg d’acier additionnels.

Coronet Peak

Coronet Peak

Ross Copeland, Directeur Général de Ruapehu Alpine Lifts, a souligné lors de l’inauguration de l’appareil le caractère unique de cette télécabine. Il a aussi précisé que cette télécabine ouvrait un nouveau chapitre dans l’histoire de cette la montagne: « Le Sky Waka est à présent l’élément central d’une organisation annuelle impactant de façon décisive le tourisme local et l’ensemble de la région ». L’exploitation du Sky Waka aura des conséquences économiques très importantes sur le développement local, notamment sur l’offre en matière d’hébergement touristique ou de restauration, et il devrait permettre la création d’emplois pérennes pour les autochtones.

Les 49 cabines de cette nouvelle télécabine sont équipées de vitrages panoramiques, de sièges en cuir et d’un système audio. Elles transportent les usagers sur 1,8 km de la « Bruce base Area » jusqu’au « Knoll Ridge Chalet », restaurant d’altitude le plus élevé de Nouvelle Zélande qui culmine à 2020 m.

En parallèle, LEITNER ropeways est aussi intervenue sur l’ « île du Sud » en Nouvelle-Zélande. Elle a construit dans ces Alpes néo-zélandaises, à proximité de Queenstown, une installation baptisée « Coronet Express II ». LEITNER ropeways a réalisé un télémix (installation combinant des cabines et des sièges) à « Coronet Peak », domaine skiable exploité par NZ Ski. Un tiers des sièges de ce télémix a été équipé de porte-vélos, car ce site touristique très apprécié des skieurs l’hiver, l’est aussi des randonneurs et des cyclistes en été.

VIDEO