De nouvelles perspectives pour les habitants de la favela

En Colombie, un téléphérique permet d’améliorer nettement les conditions de vie

Nouveau télépherique dans la métropole colombienne de Cali

Depuis septembre 2015, dans la métropole colombienne de Cali, le nouveau téléphérique de LEITNER ropeways relie Siloé, l’un des quartiers les plus pauvres de la ville, au réseau de transports publics. Le trajet est ainsi passé de 45 bonnes minutes à 9 minutes seulement. Cette nouveauté améliore nettement les conditions de vie des habitants qui accèdent désormais bien plus facilement à leurs lieux de travail et aux écoles. La mauvaise infrastructure de ce quartier ainsi que les grandes variations d’altitude entre les différentes parties de la ville constituaient jusqu’alors un problème, tant en termes de technique des transports que sur le plan social. Le maire de Cali, Rodrigo Guerrero Velasco, est satisfait du nouveau téléphérique : "Il y a parfois une file d’attente de 100 personnes dans les stations, mais finalement les gens peuvent accéder très rapidement dans les cabines et sont très satisfaits." 

Ils sont ravis de ce moyen de transport rapide et très utile. Siloé est une banlieue construite sur une colline et dotée d’une très mauvaise infrastructure, certaines parties ne possédant même pas de rues. Or, les 120 000 habitants qui peuplent ce faubourg bénéficient aujourd’hui, grâce à la nouvelle télécabine « Miocable » d’un bien meilleur accès au centre-ville. Ce quartier marqué par la pauvreté et la violence vivait à l’écart de la métropole du fait même de la déficience des liaisons en transport en commun. La remontée mécanique permet de gagner env. 35 minutes de temps de trajet entre Siloé et la gare routière centrale, à l’arrêt « Cañaveralejo ». De là, les voyageurs ont directement accès au réseau de transports publics de Cali qui, avec ses quelque 2 millions d’habitants, est la troisième ville de Colombie. Il est donc nettement plus simple, pour les habitants de la favela de Siloé, de sortir de leur quartier défavorisé pour rejoindre les lieux de travail et les établissements scolaires, ce qui, pour les jeunes notamment, ouvre de meilleures perspectives d’avenir. Pour ce projet, financé par des moyens publics, quelque 30 millions d’euros ont été investis. Le téléphérique est exploité par la société de transports publics Mio.

LEITNER ropeways a déjà construit plusieurs téléphériques urbains qui rencontrent un vif succès, principalement en Amérique latine. On pense notamment au Metrocable de Manizales en Colombie qui a servi de modèle pour la ligne de Cali. Les nouvelles infrastructures de Siloé constituent la sixième ligne de téléphérique urbain du pays et soulignent le rôle pionnier de la Colombie dans ce secteur. Dans un environnement urbain, les téléphériques présentent de nombreux avantages. Ils occupent en effet peu de place, permettent de contourner aisément les problèmes posés par de forts dénivelés et nécessitent peu de personnel. Ils ne requièrent qu’un seul système d’entraînement et ne présentent aucun risque de collision avec d’autres usagers du trafic urbain. Parallèlement à ces atouts d’ordre technique, c’est principalement les aspects sociaux qui sont mis en avant dans le cas de Cali : il s’agissait d’améliorer sur le long terme les conditions de vie des résidents.

Le téléphérique de Cali mesure 2 037 mètres de long. Au fil de ses 14 pylônes, il survole un dénivelé de 213 mètres pour relier Siloé à la gare routière. Entre la gare routière et le terminus « Brisas de Mayo » à Siloé, il s’arrête également à deux stations intermédiaires : « Tierra Blanca » et « Lleras Camargo ». Dans la mesure où le téléphérique fonctionne en continu et où les cabines se suivent sans interruption, il n’y a quasiment pas de temps d’attente pour les passagers. Le système d’entraînement et le garage pour les véhicules se trouvent dans la vallée, à l’arrêt situé près de la gare routière. Durant la première phase, ce téléphérique et ses 60 cabines à dix places pourra atteindre une capacité de 2 000 personnes par heure. Une seconde phase d’extension est prévue : on envisage d’ajouter encore 30 cabines afin de pouvoir transporter jusqu’à 3 000 voyageurs à l’heure.